Vote utilisateur: 5 / 5

Etoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles actives
 

 

Tour2018_10.JPGTour2018_11.jpgTour2018_2.JPGTour2018_3.JPGTour2018_4.JPGTour2018_5.JPGTour2018_6.JPGTour2018_7.JPGTour2018_8.JPGTour2018_9.JPG

Cette observation décrit la densité d’insectes pollinisateurs par fleur de tournesol .Les fleurs non visitées ne sont pas comptabilisées .

Un échantillonnage sur 10 fleurs butinées  fait apparaitre la distribution suivante :

Relevé : 30 insectes identifiés et comptés

Hyménoptères :

Abeilles mellifères = 13 soit 43 %

Abeilles sauvages = 12 soit 40 %

Bourdons = 2 soit 7 %

Lépidoptères :

moro sphinx,1 soit 3,3 %

Myrtil,1 soit 3,3 %

Paon,1 soit 3,3 %

Les tournesols :

La semence qualifiée d’hybride (croisement de 2 races ) produit des tournesols réguliers en taille et capitules identiques, l’absence d’herbes sauvages traduit une forme sélective de désherbage.

Les capitules sont en fait composés à l’extérieur de fleurs ligulées , stériles et présentant trois pétales jaunes soudés. Les fleurs du centre ou fleurons sont hermaphrodites.

Remarques :

La fleur orientée à l’Est emmagasine plus de chaleur dès les premiers rayons du soleil et est très appréciée par les abeilles. Le parfum dégagé attire beaucoup plus les insectes pollinisateurs.

Il y a 2 types d’abeilles, les collecteuses de pollen qui le stockent dans leur corbeille et qui ne participe pas à la fécondation et les butineuses de nectar qui déplacent le pollen fixé sur les pilosités du thorax, elles facilitent la pollinisation.

Conclusion :

Les fleurs visitées représentent environ 80 % des capitules, l’absence d’insectes est probablement du à la non émission d’odeur de nectar, non produit ou de fleurs déjà visitées .

En fait, la profondeur ou se situe les nectaires varie de 5 à 7 mm et plus longue sera la langue de l'abeille, plus elle sera à même de rapporter du nectar. La longueur moyenne se situe aux environs de 5,5 à 6,5 mm. Certaines races d’abeilles possèdent une langue au dessus de la moyenne (exemple la Buckfast, la Caucasienne avec une amplitude proche de 7 mm).

Les bourdons développent une langue comprise entre 10 et 15 mm de long, les papillons ont une trompe de longueur variable, mais supérieure aux insectes précédents et plus adaptée à la situation.

La présence de nectar est réelle, les pollinisateurs observés peuvent témoigner mais une sélection certaine apparait, avec des "conflits" ouverts entre les abeilles sauvages et les bourdons, les abeilles mellifères et les papillons et les bourdons, enfin la réduction des parts du gâteau bouscule les convenances !!!

La pollinisation est un élément clé de la biodiversité,commentez en cliquant ici

  Retour