Miel de nectar ou miellat

Le miel des colonies d’abeilles vivant à l’état sauvage était déjà utilisé il y 9000 ans par les hommes préhistoriques pour satisfaire leurs besoins de sucre. Des peintures rupestres de l’âge de la pierre le prouvent, elles montrent des chasseurs de miel en pleine action. On suppose que l’origine de l’élevage d’abeilles dans des ruches et l’obtention du miel se trouve en Anatolie - environ 7 siècles avant Jésus Christ. En Egypte ancienne, un pot de miel avait la valeur d’un âne et Hippocrate enseignait aux Hellènes que le miel baisse la fièvre et que l’hydromel améliore les performances des athlètes aux jeux olympiques.

Hiérarchie parfaitement organisée dans la ruche

Les abeilles à miel ne sont pas viables en tant que créatures seules, seulement en tant que membres d’une colonie. Une colonie est constituée de trois sortes d’abeilles: une reine, des milliers d’abeilles ouvrières et durant l’été de centaines d’abeilles mâles, que l’on appelle les faux bourdons.

La reine s’occupe de la descendance

Une reine est choisie et nourrie spécialement par les abeilles ouvrières, elle reste maintenant la seule femelle fertile de la colonie pour des années. Les faux bourdons sont les mâles adultes et ils meurent après l’accouplement avec la reine. Les ouvrières mènent une vie en deux parties: trois semaines au service intérieur comme abeilles de ruche et le reste de leur courte vie au service extérieur en tant qu’abeilles butineuses.

Croissance végétale grâce aux abeilles

Dans l’évolution depuis des milliers d’année, s’est développé une dépendance mutuelle entre les plantes et les insectes pour une pollinisation optimale: aux pattes arrières des abeilles ouvrières, il y a des petits creux en forme de crochets, que l’on nomme petites corbeilles, pour collecter le pollen d’une fleur et pour le re-déposer sur la prochaine.

Du nectar en guise de remerciement

La floraison exprime sa gratitude en mettant son nectar à disposition de celles qui se chargent de la pollinisation. Dans la bulle de miel, l’eau est retirée du nectar liquide recueilli dans les fleurs et il est ainsi épaissi.

Elaboration du miel

Les abeilles au service extérieur aspirent le nectar ou le miellat avec leur trompe. Elles le mettent dans leur jabot pour le ramener à la ruche. Là, le nectar riche en sucre est transmis aux abeilles de ruche, qui y ajoutent une matière propre aux abeilles et font évaporer le trop plein d’eau. Les enzymes ajoutés par l’abeille de ruche changent le spectre du sucre et freinent l’apparition de levures ou de bactéries.

Séchage à coups d’ailes

Puis le nectar est étalé dans le nid de couvain sur des alvéoles des rayons et est séché par les éventails vigoureux de leurs ailes. La teneur en eau est ainsi diminuée jusqu’à 16%. Lorsque les alvéoles de stockage sont pleines de miel, elles sont recouvertes d’une couche de cire perméable à l’air – un signe pour l’apiculteur que le miel est mûr et peut être récolté.

Des réserves sont constituées

Cependant le miel se constitue généralement seulement quand une quantité suffisante par unité de temps est rapportée par les abeilles butineuses dans la ruche.

Celle-ci doit être supérieure à la consommation propre courante, qui est nécessaire à l’alimentation de la ruche et à l’élevage de la couvée. L’apiculteur parle alors de miellée de fleurs ou de miellée tout court. Ce sont donc seulement les excédents d’approvisionnement qui sont traités et finalement une fois épaissis stockés en tant que miel.

Le miel n’est pas juste du miel

Le miel est une substance épaisse à dure, parfois cristallisée, qui à cause de sa grande part de fructose et de glucose a un goût très sucré. A côté de ces sortes de sucre, le miel contient 15-21% d’eau - le miel de bruyère jusqu’à 23% - ainsi que des enzymes, des vitamines, des acides aminés, du pollen, des substances aromatiques et des sels minéraux.

Le miel c’est de la nature à l’état pur

Selon une loi de l’UE, rien ne peut être ajouté ni enlevé au miel. De ce fait, le miel est 100% naturel.

En raison de sa haute teneur en sucre et de sa faible teneur en eau,le miel se conserve longtemps.

UN APERÇU DES VARIETES DE MIEL

Miel de fleurs

Miel de fleurs (de diverses plantes à miel, par ex. fleurs des fruits)

Miel de colza (de fleurs de colza)

Miel de pissenlit (de prés de pissenlits fleurissant au printemps)

Miel de tournesol (de champs de tournesol)

Miel de bruyères (de région de bruyères; teneur élevée de protéines combinées)

Miel de tilleul (de tilleul)

Miel de trèfles (de champs de trèfles)

Miellat

Miel de forêt (cochenilles et poux d’écorce sur des épicéas, des pins et des sapins)

Miel de feuillus (chêne et érable)

Miel de sapin (sapin blanc)

De façon générale, on distingue rarement entre le miel de forêt et le miel de feuillus – les deux notions désignent en fait du miel qui est obtenu à partir de miellat.

Liquide ou cristallisé

Le rapport entre les deux composants principaux, qui sont le fructose et le glucose, est responsable de la cristallisation du miel. Si le rapport est d’environ 1:1, la cristallisation se produit en l’espace de quelques jours seulement. Si la part de fructose est plus élevée, le miel peut rester liquide durant des mois, voire même des années.

Le miel cristallisé redevient-il liquide?

Le miel cristallisé peut retrouver sa consistance liquide en étant chauffé. Mais s’il vous plait ne le chauffez pas à plus de 40° C, sinon les précieuses valeurs nutritives seront détruites!

Variétés de miel:

En fonction de la miellée, on différencie le miel de nectar du miellat, également appelé «miel de sapin ou de forêt». Le miellat provient de l’expulsion du jus des plantes par les insectes aspirants (pucerons, cochenilles). Le miellat forme une couche collante, riche en sucre, brillante, sur les feuilles,les aiguilles ainsi que sur d’autres parties de plantes et est léché et rapporté par les abeilles.

Miel «authentique»

Si le miel est principalement obtenu à partir de fleurs, on parle de miel authentique ou pur. En conséquence il y a des miels authentiques de nectar de fleurs ou de miellat. Les miels authentiques ont des caractéristiques spécifiques sensorielles, physiques et chimiques.

Retour