Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

Une surface est hydrophile ou hydrophobe à partir  de la mouillabilité d’une goutte d’eau sur une surface. Le mouillage d'un liquide sur un solide désigne soit la forme que prend le liquide à la surface du solide soit son comportement lorsqu'on essaie de le faire couler. Ainsi l’angle de contact entre en jeu. 

Définitions :

Un composé hydrophile  présente une affinité pour l'eau et une tendance à s'y dissoudre. Plus une surface est hydrophile plus l’angle de contact d’une goutte à sa surface sera minime. Ce phénomène se caractérise par un angle de contact de la goutte à sa surface inférieur a 90°.

Un composé hydrophobe se caractérise par un angle de contact supérieur à 90°. La goutte d’eau garde sa forme sphérique au contact avec la surface hydrophobe et donc peut rouler si l'on incline la feuille, (voir la photo ci-dessous).

Observations et résultats

Si l'angle θ < 90°, la goutte s’étale. La surface de contact est grande. La surface est dite mouillable. La surface est hydrophile.

Si l'angle est compris dans l'intervalle suivant : 90° < θ < 150° la goutte ne s’étale pas. Sa base « s’écrase », mais la surface de contact est faible. La surface est dite non mouillable. La surface est hydrophobe.

Si l'angle θ > 150°, la goutte ne s’étale pas du tout. La surface est dite superhydrophobe.

L’angle de contact entre la goutte d’eau et la feuille d’iris des marais est supérieur à 90° , c’est  notre  exemple du phénomène de superhydrophobie, sa valeur est de θ = 180° - 15° = 165 °

Retour